Actuelles et futures

IMG_4411En ce mois d’avril, je suis en pleine lecture, deux livres pour être exact voire même deux pavés. J’ai beau lire tous les jours autant que je peux (autant que me le laisse mes deux petites têtes blondes), j’avance mais à une vitesse d’escargot.

Je relis avec bonheur L’éducation sentimentale de Gustave Flaubert, un classique lu il y a plusieurs années mais dont finalement je n’avais pas grand souvenir précis. Je savoure vraiment cette lecture et prend le temps de la lire. Je n’ai pas envie de m’y précipiter.

En même temps, je lis Le docteur Thorne d‘Anthony Trollope. Je mets l’accent sur ce roman qui me suit depuis quelques semaines dans mon sac, dans mon lit, sur mon canapé. J’aime beaucoup Anthony Trollope, une écriture pétillante, fine et satirique ! Encore 300 pages environ avant mon avis final.

IMG_4525Ce week end il sera prolongé pour nous et j »ai envie d’autre chose, je ressens le besoin d’une petite pause dans ces longues lectures. Cela m’arrive (très) rarement d’avoir plusieurs lectures en cours et encore moins de faire des pauses, d’habitude j’ai plutôt tendance à hâter la lecture en cours afin de commencer une nouvelle. Mais là, je ressens un besoin de changement. J’ai choisi donc trois petits livres à glisser dans mon sac (ce qui ne m’empêchera pas d’emmener Trollope avec moi). Au moins j’aurai le choix selon mon humeur !

Trois livres très différents donc :

  • une lecture que j’ai conseillé à mes sixièmes, Les Enfants de Noé de Jean Joubert, récit d’anticipation et réécriture du récit de l’arche de Noé (roman adoré par mon amoureux lorsqu’il était lui-même en 6e, grand souvenir de lecture pour lui, c’est d’ailleurs son édition de petit élève ❤ !)
  • Sukkwan island de David Vann, depuis que j’ai lu Aquarium (et que j’ai découvert cet auteur), il me tarde de poursuivre cette découverte
  • Aucun de nous ne reviendra de Charlotte Delbo, un livre offert par ma maman, qui m’a assuré que c’était une lecture « dure mais nécessaire », je redoute cette lecture autant quelle m’attire

Bilan dans quelques jours pour vous dire si j’ai fini l’un de mes pavés et quel livre m’a finalement captivé ce week end… à très vite !

 

Mes envies d’automne

dsc00125

J’aime l’automne, ses couleurs, sa douceur, sa luminosité… j’aime ramasser les marrons et les pommes de pin, j’aime regarder les feuilles brunir puis entendre crisser celles déjà tombées…

J’aime ressortir mes foulards, chausser mes bottines, sortir les plaids et refaire le plein de tisanes pour lire le soir au lit. En ce moment, l’automne est splendide, frais le matin mais tellement ensoleillée…

Alors voilà j’ai eu envie de lister les livres qui me font grandement envie. Tout d’abord après ma lecture de Manderley for ever, dsc00110j’ai très envie de lire L’Amour dans l’âme de Daphné du Maurier. Un petit séjour à Budapest est prévu pour bientôt, quoi de mieux que d’emporter Les Braises de Sandor Marai (auteur que j’ai découvert récemment avec Premier Amour). Plongée dans mes cours de 4e et le XIXe siècle, j’ai une cruelle envie de relire Emile Zola et notamment Au Bonheur des Dames (mon tout premier Zola, lu lorsque j’étais moi-même en 4e, d’ailleurs l’édition date de cette première lecture).Et puis enfin un livre qui traîne depuis trop longtemps sur mes étagères, Miss Mackenzie d’Anthony Trollope. Des lectures plutôt longues afin de rester plus longuement das mon plaid… d’ailleurs, je file, ma première lecture automnale m’attend !

La bibliothèque des coeurs cabossés, Katarina Bivald

20150711_113545

Voici un livre parfait pour se détendre, un roman idéal pour les vacances ou pour la plage, les pages se tournent toutes seules : l’intrigue est simple mais on a tout de même envie de savoir ce qu’il advient de l’héroïne Sara, une suédoise arrivée à Broken Wheel à la suite d’une correspondance avec une vieille dame cultivée et solitaire, Amy Harris. Lorsqu’elle arrive, Amy est décédée. Cependant les habitants de Broken Wheel vont tout faire pour que Sara reste et qu’elle se sent chez elle.

Sara est une jeune fille mal dans sa peau. Ancienne employée dans une librairie, elle préfère la compagnie des livres à celles des gens (ce qui vaut quelques clichés sur les lectrices !) mais c’est sans compter sur les amis d’Amy qui vont l’entourer et l’adopter : John, George, le beau Tom, Caroline, Jen, Andy… Dans ce village règne une forme de douceur agréable, de bien-être. Alors oui le roman est prévisible, oui il comporte des stéréotypes mais l’évocation des livres et cette histoire d’amitié autour des livres a su me capter pour une agréable lecture estivale.

« Les livres formaient une palette de couleurs. Il y en avait des fins, des épais, des tirages de luxe, des illustrés, des poches bon marchés, des éditions classiques, de vieilles reliures en cuir, tous les genres possibles et imaginables. (…) Elle resta là, à s’émerveiller tandis que les livres, les couleurs, la vie et les histoires défilaient sous ses yeux. » (p. 78)

« Elle avait toujours pensé que l’air automnal et les livres allaient bien ensemble, que les uns comme les autres se mariaient bien avec des plaids, des fauteuils confortables et  de grandes tasses de café ou de thé. » (p. 246)

Comment j’ai appris à lire, Agnès Desarthe

20150326_091100

Un petit ouvrage à peu part pour ces jours-ci : Agnès Desarthe raconte comment elle a appris à lire, non pas ce qu’on appelle déchiffrer  mais la vraie lecture, celle où on découvre l’implicite, la richesse et la beauté d’un texte, celle qui fait qu’on aime lire. Elle qui a baigné dans une famille où on lit, n’aime pas lire, elle déteste les lectures imposées à l’école pourtant elle choisira hypokhâgne. C’est ce parcours qu’elle décrit : d’enfant n’aimant pas lire à femme devenue traductrice, parcours réalisé grâce à la rencontre de plusieurs madame B. lui ayant ouvert des voies vers la lecture.

Attirée par l’écriture depuis toute petite, elle pense que c’est ce goût vers l’écriture qui l’a amené à découvrir la lecture. En effet, selon elle, apprendre à lire est passé par l’écriture et plus précisément par la traduction : comment respecter les choix des écrivains ? comment leur rester fidèle ? Déchiffrer mot à mot ne sert à rien, il faut nécessairement accéder à une deuxième lecture, celle des lecteurs-interprètes, celle des lecteurs-experts. Lire est une interaction entre souvenirs, découvertes, cultures, intuitions… (ensemble qui manque cruellement à mes élèves, d’où mon intérêt pour ce roman : comment parvenir à cette lecture ?). Les pages sur son travail de traductrice sont à cet égard merveilleuses avec toutes les réflexions sur les étapes.

Un joli petit récit mêlant souvenirs d’enfance et réflexion sur son travail.