Mois anglais

J’ai hésité un peu cette année, j’y ai songé tardivement mais finalement je me suis décidée et je participerai bien une année de plus au mois anglais organisé par Lou et Cryssilda. Ma participation sera à ma hauteur, c’est-à-dire pas grand chose (vu mon manque de temps et d’organisation du moment) mais j’aime cette période, tout le monde lit des romans anglais, nos lectures se recoupent, certaines dînent ou brunch anglais, et surtout on boit du thé !).

dqkjfqsIl restait le fondamental, que vais-je lui ? Après un tour de ma PAL qui n’a jamais été si peu importante (à peine une cinquantaine de livres) pour cause d’absence d’achats depuis fort longtemps (toujours dû à mon manque de temps et parfois de sous), j’ai repéré deux lectures : Le Carnet d’or de Doris Lessing, je ne connais rien de ce titre, je n’ai jamais lu Doris Lessing, je sais uniquement qu’elle a reçu le prix Nobel de littéraire et puis Possession A. S. Byatt pour ma seconde lecture, ce sera aussi une découverte pour ce roman qui a aussi reçu un prix ! Hasard… Deux pavés pour moi et ce sera déjà bien !

Bonne lecture à toute ! Bon mois anglais ! J’ouvre Le Carnet d’or ce soir…

mois-anglais-bannic3a8re

Mes envies d’automne

dsc00125

J’aime l’automne, ses couleurs, sa douceur, sa luminosité… j’aime ramasser les marrons et les pommes de pin, j’aime regarder les feuilles brunir puis entendre crisser celles déjà tombées…

J’aime ressortir mes foulards, chausser mes bottines, sortir les plaids et refaire le plein de tisanes pour lire le soir au lit. En ce moment, l’automne est splendide, frais le matin mais tellement ensoleillée…

Alors voilà j’ai eu envie de lister les livres qui me font grandement envie. Tout d’abord après ma lecture de Manderley for ever, dsc00110j’ai très envie de lire L’Amour dans l’âme de Daphné du Maurier. Un petit séjour à Budapest est prévu pour bientôt, quoi de mieux que d’emporter Les Braises de Sandor Marai (auteur que j’ai découvert récemment avec Premier Amour). Plongée dans mes cours de 4e et le XIXe siècle, j’ai une cruelle envie de relire Emile Zola et notamment Au Bonheur des Dames (mon tout premier Zola, lu lorsque j’étais moi-même en 4e, d’ailleurs l’édition date de cette première lecture).Et puis enfin un livre qui traîne depuis trop longtemps sur mes étagères, Miss Mackenzie d’Anthony Trollope. Des lectures plutôt longues afin de rester plus longuement das mon plaid… d’ailleurs, je file, ma première lecture automnale m’attend !

Challenge Myself 2016

Challenge Gé Romanza recommence cette année son challenge, Challenge Myself 2016.  Le principe est simple : chacun imagine son défi et le nombre de livres à lire durant l’année. Si vous voulez plus de renseignements, vous pouvez aller sur son blog.

Cette année je poursuis un peu dans la lignée de l’an passé où j’avais décidé de relire de la littérature classique. En effet en relisant des classiques, j’ai eu l’envie et j’ai ressenti le besoin de relire des œuvres lues il y a plusieurs années mais qui m’ont profondément marquée et qui m’ont fait découvrir de grands auteurs. J’ai donc réfléchi aux romans qui m’avaient bouleversée et dont j’avais un souvenir fort ou émouvant, j’en ai sélectionnés six (j’ai encore d’autres titres en tête, mais mon année risque d’être occupée et je n’ai pas envie de ne faire que relire des œuvres déjà connues).

  • Au Bonheur des Dames d’Emile Zola : mon premier Zola lu en quatrième, un souvenir marquant. Notre professeur nous avait donné une liste de romans « à connaître », il fallait en choisir un et faire une fiche de lecture. Ce fut en fait un coup de cœur et le début d’une belle histoire d’amour entre Zola et moi.
  • Fort comme la mort de Guy de Maupassant : un roman lu sur mon bureau d’étudiante à Noël 2005 (cadeau de ma grand-mère).
  • Cent ans de solitude de  Gabriel Garcia Marquez : je me souviens encore de son achat avec mes petits sous de baby-sitting, dans une librairie à côté de la fac. Mais surtout un grand souvenir de lecture pour cette saga familiale.
  • La Mère de Pearl Puck : un cadeau de Romanza lors de nos années fac, une histoire émouvante, un style tout en sobriété et en émotion et la découverte de cette grande dame.
  • La Peste d’Albert Camus : un roman lu sur mon canapé dans le mini studio que nous occupions avec mon homme à l’époque de nos études, je me souviens de mes sensations de lecture, un livre que j’avais vécu de l’intérieur.
  • La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils : je me souviens peu de ce roman mais je me souviens de mon émotion en le refermant !

Voilà mon challenge. J’ai hâte de commencer !

 

Une double famille, Honoré de Balzac

Une double famille

Balzac me ramène systématiquement à mes années de fac. Un brin nostalgique, je me revois sur les bancs de l’université l’étudiant et le découvrant avec passion. Loin d’être lassant ou ennuyeux, sa langue est belle, riche. J’adore me perdre dans ses portraits et ses descriptions tout en admirant l’analyse (perspicace) des personnages et des sentiments.

Dans Une double famille, c’est un trio qui est présenté mais, une fois n’est pas coutume, nous découvrons l’histoire d’amour illégitime en premier entre le comte de Granville et Caroline Crochard. La rencontre est belle : une jeune fille gracieuse, fraîche et un Adonis. Le comte de Granville passe tous les jours devant la fenêtre de cette modeste jeune fille, chacun n’ose se regarder cependant au fur et à mesure les coups d’œil ne suffisent plus. L’idylle bucolique devient un vrai bonheur conjugal paisible. Seul ombre au tableau : le comte est marié à Angélique de Bontems. Bien qu’agréable et touchante au départ, elle se révèle être une vraie bigote, une dévote qui refuse tout plaisir et vit dans la contrainte perpétuelle, elle est de plus en plus agaçante et énervante ce qui rend presque compréhensible l’adultère. Mon attachement est donc allé vers Caroline. Autant j’ai pu comprendre le comte de Granville, autant son attitude final envers Caroline et le sort de celle-ci m’ont peinés…

Challenge Myself challenge myself 2015

L’Inutile Beauté, Maupassant

Inutile beauté

Il s’agit du dernier recueil de nouvelles publié du vivant de Maupassant. Je les ai lues par-ci par-là. Les nouvelles sont variées, certaines ne m’ont pas marquées en revanche quel plaisir de lire une belle plume, j’aime cette écriture simple, riche et fluide.

J’ai adoré la nouvelle éponyme : un couple qui ne se comprend pas, dans laquelle la femme refuse d’être une simple génitrice. Le mari ne comprend pas ce point de vie. La vie de couple devient alors cruel. Cette nouvelle offre donc un discours très novateur, très moderne et étonnant pour l’époque : « Je suis, nous sommes des femmes du monde civilisé, monsieur. Nous ne sommes plus et nous refusons d’être de simples femelles qui repleuplent la terre. ».

Maupassant est habile, il décrit la nature des hommes.  Dans Mouche autour d’une histoire de canotiers il s’interroge sur l’incertitude de la paternité. Il a aussi l’art de créer des personnages marquants en quelques lignes, ainsi je pense encore à la douloureuse histoire familiale du curé Vilbois dans Le champ d’oliviers. Décidément doué il parvient aussi à faire rire, comme dans la dernière nouvelle du recueil, Qui sait ?, que j’ai trouvé tellement drôle.

 Un recueil sur les travers de l’âme qui sonne juste, un plaisir de relire Maupassant et de la littérature classique, du coup j’ajoute cette lecture à mon challenge personnel !

challenge myself 2015

Le mois anglais

image1

Après avoir hésité, j’ai finalement décider de participer modestement au mois anglais organisé par Lou , Titine et Cryssilda. Le principe est simplement : vivre, lire, manger anglais pendant un mois. Elles organisent plein de lectures communes, pour plus d’informations vous pouvez aller sur leurs blogs.

Pour moi, ce sera modeste, des lectures principalement, éventuellement une ou deux recettes de cuisine mais on verra en fonction de mes journées. Je ne veux pas me mettre de pression.

20150516_132147

Voilà ma sélection :

 – Virginia Woolf, La traversée des apparences

– Bruce Chatwin, Les jumeaux de Black Hill

– Daphné du Maurier, Le mont-Brûlé

Vivement début juin pour se lancer dans ce joli programme !

Mimi Pinson, Alfred de Musset

20150416_201751

En ce moment, je rédige mes avis plusieurs jours après avoir terminé mes lectures…. alors c’est un peu dur surtout qu’un court « conte » a du mal à me captiver et j’ai du mal à m’attacher aux personnages.

Mimi est une grisette, figure de la vie parisienne du XIXe siècle, une coquette, petite main dans les ateliers de couture. Marcel la courtise et l’invite à une soirée avec son ami Eugène, très timide et réservé et ne fréquentant pas du tout les grisettes. Marcel aime ces jeunes filles, toujours joyeuses, toujours prêtes à chanter et à danser. Une histoire qui paraît donc légère mais Mimi n’est pas celle que l’on croit, elle n’est pas si frivole. Un petit conte pas si simple finalement mais parfait pour une petite pause lecture. Il est d’ailleurs resté sur ma table de nuit afin que je le lise tranquillement les deux autres contes du recueil.

challenge myself 2015