Une poignée d'étoilesSur les conseils d’une collègue et en cherchant un livre abordant le thème du journalisme, j’ai lu Une poignée d’étoiles de Rafik Schami. Ce roman est en fait un journal intime, celui d’un jeune syrien, fils d’un boulanger de Damas qui raconte la vie de son quartier et dresse le portrait de son oncle Salim, de sa mère, de son amoureuse Nadia, de son copain Mahmud.

Le narrateur a une ambition : devenir journaliste. C’est sans compter sur son père qui le fait arrêter l’école pour l’aider à la boulangerie. Lors d’une des livraisons de pain, il rencontre un vieil homme, Habib, journaliste, opposant au régime avec qui il se lie d’amitié. C’est alors que cet adolescent syrien, épris de justice, est convaincu de la nécessité d’informer. Il rêve de liberté d’expression. Avec Habib, il comprend ce que le pouvoir cache, ce que les journalistes ne peuvent évoquer, il lui faut donc s’engager, trouver un moyen de lutter contre les injustices sociales et humaines mais aussi dénoncer le régime répressif.

Au début, j’ai trouvé ça un peu lent… et puis petit à petit le récit prend de l’envergure; on suit les idées du jeune adolescent et ses aventures journalistiques, Ce roman est sûrement en partie autobiographique : l’auteur, qui écrit en allemand, est né à Damas au milieu des années 1940. Il a donc mêlé à son récit des petits faits et des réflexions sur le rôle des journalistes et la manière et la nécessité d’exercer son métier dans un pays répressif. C’est donc un roman intéressant, sensible et instructif, à placer entre les mains de vos adolescents ou entre les vôtres.

 » Oh, un journaliste, a soupiré oncle Salim, c’est quelqu’un de futé et de courageux. Avec une feuille de papier et un crayon, il peut faire trembler un gouvernement entier, y compris la police et l’armée.
– Avec du papier et un crayon ?»
Je n’en revenais pas : papier et crayon, tous les élèves en ont à l’école, et ça n’impressionne même pas le portier.
«Oui, il fait trembler le gouvernement, car il est toujours à la recherche de la vérité, alors que tous les gouvernements s’efforcent de la cacher. Le journaliste est un homme libre, comme un cocher, et vit comme ce dernier en perpétuel danger. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s