Lhiver où j'ai grandiVoici un roman acheté uniquement à cause de la couverture du titre… la quatrième de couverture a confirmé cette bonne impression et voilà. L’hiver où j’ai grandi raconte l’histoire de Thomas. Au sortir de la seconde Guerre Mondiale, il se promène dans Amsterdam, encore marquée par la guerre. Les vacances touchent à leurs fins et il se souvient de l’hiver dernier, un hiver déterminant car il a rencontré Piet Zwann. Thomas n’avait pas encore compris à quel point cette rencontre serait déterminante et qu’une amitié profonde naîtrait entre les deux jeunes garçons.

Thomas a 10 ans, il vit seul avec son père depuis que sa mère est morte du typhus. Ayant trouvé un petit travail en Allemagne (en « Bochardie ») son père le confie à sa tante Fie. C’est à l’école qu’il rencontre, enfant silencieux, mystérieux et solitaire. Quand sa tante se casse la jambe, il habite quelques jours chez son ami et découvre alors une famille juive avec ses secrets et ses blessures. Le roman aborde la question de l’antisémitisme, des séquelles de la guerre sur des enfants qui n’ont pas bien pris ce qu’il s’était passé, à la fois épargné et touché de manière indirecte.  Durant cet hiver, Thomas, Piet et la cousine Bet (dont Thomas est « éperdument amoureux »)  jouent, rient et apprennent à vivre malgré l’absence des êtres qui leur sont chers.

Le style est un peu déroutant, on suit les pensées d’un garçon de 10 ans et parfois j’ai eu du mal à suivre. Les dialogues sont plein de sous-entendus, d’implicites, d’ignorances liées à leur âge. J’ai aimé les références à la littérature notamment Tom Sawyer ou encore Le Jardin secret de Frances H. Burnett… J’ai trouvé le père de Thomas très touchant dans son rôle, très pudique, un père seul dont on sent qu’il ne sait pas faire, qu’il tâtonne, qu’il hésite, qu’il ne trouve pas sa place… la lettre qu’il écrit à son fils m’ a touché, une des plus jolies scènes « Je pense souvent à maman, Thomas. Si souvent qu’il serait plus juste de dire : « Parfois, il m’arrive de penser à autre chose. » Je t’en parlerai un jour, mais passe d’abord tes épreuves de natation, on verra après. Oui, je dis des bêtises. Tu sais, si le clown s’évertue à faire rire, c’est pour ne pas passer son temps à pleurer. »

Ma plus grande déception vient du titre, je m’attendais à trouver une ambiance hivernale, une atmosphère d’ouate et de silence,de blancheur et en réalité il est peu fait mention de l’hiver… mais c’est de ma faute, entre le titre et la couverture je m’étais imaginée quelque chose or l’hiver n’est que la saison où leur amitié se noue, une période où la vie de Thomas est bouleversée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s