DSC06178Le temps d’une soirée, j’ai lu Et puis Colette que j’ai beaucoup apprécié. La couverture avait déjà tout pour me plaire, et l’histoire, dont j’ignorais la teneur, est parvenue à me tirer quelques larmes d’émotion. Que dire des pages où le dessin prend toute la place ? Que dire de cette vue de Paris que j’aime tellement que je pourrais l’encadrer et de ces vues surplombantes où l’on voit Colette et sa tante allongée dans l’herbe en train de regarder le ciel ? Ces grandes planches m’ont d’ailleurs inspirée et je vais proposer à mes 6e un travail d’écriture à partir de ces dessins.

Mais venons-en à l’histoire : Anouk, trentenaire, bibliothécaire à Paris un peu isolée et enfermée dans son quotidien, apprend le décès de sa sœur. Mais surtout que celle-ci l’a nommée tutrice de sa fille, Colette, 7 ans, aussi espiègle qu’attachante. Son quotidien est alors bouleversé. Elle doit apprivoiser cette petite nièce qu’elle ne connaît finalement que très peu mais prendre aussi des décisions importantes pour leur avenir à toutes les deux. Les dessins de style enfantin et les couleurs vives égayent cette histoire qui aborde le thème du deuil et de l’éducation d’un enfant. Le récit ne sombre pas dans le pathos, au contraire il faut construire l’avenir et construire une relation de confiance et d’amour. Peu à peu elles se découvrent l’une à l’autre et élaborent un projet commun.

3 commentaires sur « Et puis Colette. S. Henrionnet/Mathou »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s