Jumeaux de Black Hill

En lisant ce roman et cette histoire de jumeaux j’ai évidemment repensé au roman Milton Hatoum, Deux frères (billet ici) que j’ai lu il y a peu. Chez Hatoum, la mère faisait tout pour distinguer ses jumeaux, ici au contraire, la mère des jumeaux encourage leur ressemblance, leur complicité et leur union, aucun des deux ne doit abandonner l’autre. Les jumeaux, Lewis et Benjamin, fils de Marie et Amos, propriétaires agricoles, sont donc très fusionnels. Dès la naissance ils veulent être ensemble, dorment ensemble, s’échangent vêtements et identités. Lewis ressent les émotions de son frère qui plus faible et moins résistant est ainsi placé sous son aile. Lewis occupe le rôle de « grand » frère, le rôle du protecteur allant même jusqu’à sacrifier certaines de ses ambitions et de ses volontés pour ne pas heurter la sensibilité de Benjamin, réellement dépendant de son jumeau. Inséparables, ils dépérissent dans les rares moments où leur lien a dû être rompu. Ils resteront toute leur vie dans la ferme de leur parent qu’ils exploiteront alliant petit à petit les nouveautés techniques aux traditions de leur famille.

Bizarrement dans ce roman j’ai eu l’impression d’en découvrir plus sur l’entourage des jumeaux avec une galerie de petits personnages que sur les jumeaux eux-mêmes. J’aurais aimé les connaître davantage. Leur enfance est très rapidement évoquée, l’auteur s’attarde davantage sur l’âge adulte. La chronologie est assez floue bien que linéaire cependant j’ai eu parfois des difficultés pour situer les jumeaux (la trentaine, l’âge mûr, le début de la vieillesse ?). Ce roman n’en demeure pas moins très agréable à lire avec de magnifiques pages sur la nature, les champs, le temps, le ciel (Bruce Chatwin est d’abord un auteur de récits de voyages et ça se voit !).

image1

3 commentaires sur « Les jumeaux de Black Hill, Bruce Chatwin »

  1. J’ai lu ce roman moi aussi durant ce mois anglais et j’ai beaucoup aimé ! Comme toi, je n’arrivais plus bien à situer les jumeaux dans le temps, je trouve qu’il restent assez enfantins pendant tout le roman.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s