20150311_124837

Œuvre difficile … la confrontation s’est malheureusement soldée par un échec.

Dès le début je n’étais pas sûre de tenir jusqu’au bout. D’une part, j’ai beaucoup de mal avec les récits sans fil conducteur et là, la suite d’anecdotes sur l’enfance et l’adolescence de Céline ne m’a pas convaincue, d’autre part le style de Céline n’est pas pour me séduire : style haché avec des points de suspension récurrent, forme d’oralité, vulgarité et crudité du langage, scènes violentes… malgré cela j’ai senti tout de même que la langue est travaillée et il y a de beaux passages tel que la visite chez la tante.

Cette (courte) lecture m’a donné envie de retourner à la fac (j’y avais d’ailleurs étudié Voyage au bout de la nuit. Je me souviens de ma lecture personnelle qui m’avait laissée perplexe mais son étude précise avait changé ma vision du texte et m’avait fortement éclairée). Ce texte mériterait d’être étudié et pas seulement lu, néanmoins je suis contente de l’avoir ouvert et de m’y être confrontée, il a su me redonner l’envie de lire de beaux textes où la langue est recherchée, où la langue est si belle.

« Mais quand elle se mettait à causer ils étaient tous forcés de se taire. Ils ne savaient pas quoi lui répondre. Elle ne conversait la tante qu’à l’imparfait du subjonctif. C’étaient des modes périmées. Ça coupait la chique à tout le monde. Il était temps qu’elle décampe. » (p. 49)

challenge myself 2015

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s