Petites souris à croquer

Cette semaine, des petites souris étaient à l’honneur. Tout est parti de mon grand lundi dernier : « Maman, on peut lire un livre des petites souris chaque soir de la semaine ? ». Très bonne idée ! On les a tous sortis et il a choisi un ordre de lecture. Nous adorons les albums de Kazuo Iwamura : le dessin est magnifique. Nous prenons le temps de regarder les illustrations qui fourmillent de détails. Les histoires sont douces et la nature est magnifiquement mise en valeur ! J’avais déjà parlé de La fête d’automne de la famille souris.

C’était un régal de retrouver tous les soirs Pierrot, Benjamin, la petite sœur et toute la famille (très nombreuse). Nous avons passé une belle semaine. On a fini hier nos lectures et ce matin, les garçons ont pris le temps de regarder tous les albums et de se raconter les histoires, de repérer les petites animaux cachés, les paniers de graines, le petit pied qui dépasse de la couverture, le vent qui soulève une brindille, les petits détails si adorables ! Voici en image nos 6 albums de Kazuo Iwamura (en attendant les prochains) :

et quelques unes de nos pages préférées :

Bonne lecture avec la famille Souris, ce soir nous retrouverons Kazuo Iwamura mais avec une autre lecture, connaissez-vous les histoires avec Nic, Nac et Noc ? A suivre …

Publicités

Richard III. William Shakespeare

Richard IIIBon… Shakespeare et moi c’est compliqué… cette lecture me l’a encore prouvée. Je ne sais pas pourquoi mais le texte accroche, je comprends sans comprendre pourtant j’admire.

Richard III est une tragédie cruelle qui met en scène le pouvoir, un pouvoir tyrannique et sanguinaire. Il m’a sûrement manqué tout un pan historique pour comprendre certaines allusions ou certains passages.

Cette tragédie historique est très loin de nos pièces classiques, ni unité de temps, ni unité de lieu, de très nombreux personnages, un va-et-vient constant et aucune bienséance : les meurtres ont lieu sur scène, le sang gicle, la cruauté est présente à presque toutes les scènes. Ce que j’ai apprécié c’est le personnalité de Richard III. Comparé à un « chien carnassier », à un « lévrier », il incarne le mal, celui qui a soif de pouvoir et qui ne reculera à rien pour atteindre la couronne quitte à tuer, quitte à trahir, quitte à mentir. Mais Richard III assume, nombreuses sont les répliques où il énonce ses intentions, son hypocrisie, sa noirceur… Il a conscient de ce qu’il est et il a conscience de ses actes et il l’annonce dès le début « Je suis déterminé à être un scélérat, et à haït les frivoles plaisir du jour. » (I,1).

La scène 4 de l’acte IV m’a semblé essentielle. c’est à partir de là que je me suis attachée aux personnages et à l’histoire. Je me suis réveillée un peu tard mais la fin de la pièce m’a bouleversé ! Je pense qu’une deuxième lecture me permettra de mieux saisir tous les aspects de la pièce. Avez-vous des mises en scène à me recommander ?

« Et ainsi j’habille ma scélératesse nue

De vieilles guenilles volées au Livre Sacré,

Et j’ai l’air d’un saint au moment même où je joue le plus le diable. » I, 3

Richard III, Richard Shakespeare. Gallimard

 

Septembre 2018

IMG_6024profiter jusqu’au bout du dernier week-end des grandes vacances / trouver une nouvelle organisation familiale / rager contre cet emploi du temps / un lundi de rentrée / rencontrer mes 6e3 / mon grand en grande section / les trois compères dans la même classe / une première soirée usante / travailler tardivement / premier mercredi / ses dessins qui évoluent / des petites têtes connues parmi mes 4e / « madame j’ai prié tout l’été pour vous avoir » / mon amoureux qui rentre (si) tard / vivre en se croisant / des soirées bien chargées / 9,5 km pour se défouler / vélo en famille / été indien / soirée à l’école maternelle / encore de beaux projets pour lui cette année / finir par un resto entre filles / deuxième mercredi / une salle des profs tendue / ne presque pas lire / oser une jupe longue / piscine pour l’un, gym pour l’autre / ce samedi ou l’impression de vivre un deuxième mercredi dans la semaine / déjeuner dehors autour d’un barbecue / dimanche soir discussion / lundi 6h… commencer par un IMG_6136doliprane / décidément quand ça veut pas / réunion 6e… peu de parents et un papa si désagréable / ressortir les jeux de société / première sortie en draisienne / mon rythme de travail qui ralentit / troisième mercredi / une rose et des framboises pour une déclaration / pendant que l’amoureux gravit sa montagne en pédalant… / Appartement, bébé, mariage… apprendre tant de bonnes nouvelles / celui qui avait su patienter / lecture musicale de Marcus Malte / automne / Mont Ventoux courageusement réussi pour mon ❤ / premier rhume pour moi / leurs bosses sur la tête / quatrième mercredi (vais-je survivre à tous les autres ?) / mon grand, si ado parfois… NON !! / ses chaînes de l’humanité / le temps d’un SWAP ❤ / avancer mes cours / Inscrite ! / IMG_6175pain perdu du dimanche matin : »Oh non… il faut le ret[r]ouver » mon petit cœur / celui qui m’accompagnait pendant mon footing / les poches pleines de châtaignes / Ce soir on fait du soufflé au fromage « Isa il faut souffler sur le f[r]omage ce soi[r] » ❤ / leur après-midi à cueillir fruits et légumes, mon après-midi à la bibliothèque / septembre a filé doux…

Sur une idée de Moka

Swap 2018

Nous nous étions donnés rendez-vous autour d’un café… bien que plus de 800 km nous séparent, nous étions proche l’une de proche IMG_6200réunis autour de notre SWAP annuel. Nous avions choisi comme thème littéraire « Un livre, un lieu ».

Une fois de plus mon colis était chargé, de jolis paquets roses… restaient à décider par lequel commencer. J’ai choisi les plus petits pour en terminer par les livres ! Dans les petits paquets, se cachaient une jolie tasse à café (ça tombe j’avais envie de nouveauté en matière de tasses !) mais aussi une petite bougie et un parfum d’ambiance. Trois paquets étaient de taille moyenne : un marque-page que j’aime beaucoup, jolie lune… quel talent ma copine <3. Enfin des gourmandises : des sablés au chocolat noir et des tisanes Clipper (encore bien vu, j’en bois tous les soirs en bossant et j’aime beaucoup cette marque).

Restaient les trois paquets « littéraires » : trois invitations aux voyages.

IMG_6206Tout d’abord, l’Inde avec Sept mers et treize rivières de Monica Ali : j’aime beaucoup la couverture de l’édition et je suis ravie de l’avoir car il est depuis très longtemps sur ma liste de souhait. Ce sera ensuite une traversée de l’Atlantique pour arriver à Brooklyn avec Colm Toibin, auteur que je ne connais pas mais dont les lectures me tentent beaucoup. Enfin je termine avec une lecture qui sera belle mais émouvante (enfin je pense) : Une femme à Berlin. Journal, 20 avril – 22 juin 1945. Hâte de découvrir tout ça !

Merci ma Romanza pour cette amitié qui dure malgré la distance, pour nos cafés partagés et enchantés, pour ces jolis paquets roses et les délicates attentions qui s’y lovaient ❤

Pour retrouver nos anciens SWAP :

Swap 2017 sur le thème des histoires de famille

Swap 2016 sur le thème de l’Orient

SWAP 2015 sur le thème des intrigues policières

SWAP 2014 sur le thème des femmes

 

La neuvième heure. Alice Mc Dermott

La neuvième heureUn mois pour lire ce roman… la rentrée est passée par là et je déteste prendre autant de temps pour lire un roman. J’ai le sentiment que ça me fait passer à côté d’une partie de l’histoire. Je me sens beaucoup moins dans un livre quand c’est comme ça, je m’attache moins aux personnages parce que je me sens plus éloignée. Ce fut malheureusement le cas avec cette lecture.

A Brooklyn, dans le quartier irlandais, au début du XXe siècle, Annie, une jeune immigrée enceinte, trouve en rentrant chez elle le corps de son mari qui s’est suicidé. Ainsi début le roman d’Alice McDermott. Venue prendre la relève des pompiers, sœur Saint-Sauveur, épuisée par une journée à faire l’aumône, s’occupe de la jeune femme. Très vite, les sœurs se mobiliser pour aider cette jeune femme à subvenir à ses besoins. Tandis que les sœurs s’occupent de sa fille Sally, Annie travaille dans la blanchisserie du convent. L’enfant grandit dans ce couvent, son éducation est religieuse et soeur Jeanne veille à lui enseigner la vision optimiste de la foi.

La partie que j’ai préféré c’est lorsque Sally, jeune femme, commence à accompagner les sœurs, sœur Lucy et sœur Jeanne, au chevet des malades misérables.  Une plongée alors dans les petites maisons des immigrés et dans leur vie difficile. Les descriptions se font alors très réalistes et les maux décrits sont durs.

Entre l’agrégation, le collège, les enfants et la maison, je pense que mon rythme de lecture va sacrement diminuer. Je vais me concentrer sur mes lectures pour le boulot ou des lectures très courtes.

Hier c’était encore l’été… bilan de juillet et d’août

IMG_5351lire avec mon petit au lit / la douceur du matin / son immense train ou comment profiter de sa chambre pour soi tout seul / un mercredi très chargé / constituer les classes / Bienvenue Aliénor ❤ /  la fin de ta moyenne section / Bye bye le collège / un concert imprévu en loge présidentielle / Shape of you ! / Se dire qu’après 14 ans d’amour, il y a encore des premières… longue vie à nous ❤ / se mettre au compost / une trottinette perdue… qu’on retrouvera finalement ouf ! / se coucher tard / piscine à quatre / La gouvernante suédoise / rencontrer ce si joli poupon / fièvre du premier jour des grandes vacances / sa sieste, mon boulot / quelques pages grignotées le matin / son envie de faire IMG_5422des crêpes « ça fera une surprise à papa quand il rentrera du travail » ❤ / inviter ta copine / Playmobil à fond / celui qui était fier de présenter sa vie / un brunch qui se transforme en déjeuner / excités par la coupe du monde / regarder tous ensemble / se maquiller, crier, expliquer, sauter, partager / pendant ce temps, mon bébé blond a quitté ses couches, c’est lui mon champion / 4-2 revivre ça avec mes fils 🙂 /  sur la route, klaxonner, mon grand ébahi devant les drapeaux, les cris « mais pourquoi ils font ça les IMG_5499adultes ? » Champion du monde ! / déposer les enfants chez Papé et Mamie, croiser (trop) rapidement le petit cousin mais les laisser ensemble / semaine libre… pour travailler / celui qui me faisait découvrir son restaurant ❤ / leur(s) câlin(s) de retour / partir pour la « mer di terranée » / le jour où il a dit son premier gros mot avec tellement d’effort pour articuler « est dé-gue-la le jus d’oran » 😉 / les cigales au petit déjeuner / celui qui craignait l’eau / les premiers barbecue / vivre en slip / ceux qui siestaient, celle qui bossait / les baignades à quatre / le voir apprendre à nager et vaincre sa peur ❤ / la méduse qui embrasse mon amoureux / grignoter et travailler / notre petit rythme de vacances / grosse chaleur et enfants (très) turbulents / se baigner sous la chute d’eau et dans laIMG_5580 rivière / ce petit goût d’ailleurs et d’aventure / me souvenir de Bali / ses devoirs de vacances / lire beaucoup / la douche dehors 🙂 / glaces du soir / me croire plus forte que je ne suis, ma peur dans la grande roue / nager tous les quatre jusqu’au ponton / cette chaleur qui m’écrase / petits corps qui brunissent / mon petit qui répète tout / jouer aux raquettes de plage avec Isac / du sable entre les pages / dernière baignade avec quelques gouttes de pluie, serait-ce un avant-goût du temps biarrot ? 58 marches et bye bye la Méditerranée / halte chez IMG_5624mamie « de Toulouse » / celui qui voulait absolument faire un flan / première partie de foot tous les quatre, 2-1 j’ai gagné ! / celui qui voulait toujours sa couverture / Biarritz, cette ville dans laquelle je me sens si bien / jouer dans les vagues et retrouver ce plaisir d’enfant / Flaubert et moi, aquarium pour eux / « moi quand je serais grand j’aurais un pickup avec mon frère, je mettrais du fromage dedans et je serais fromager » ❤ 🙂 / orage violent / retrouver nos habitudes / sortir les k-way / petit footing en front de mer / jouer jusqu’au dernier rayon du soleil / gronder souvent à table / votre pêche aux crabes que vous adorer / Gâteau basque adoré / te chanter des berceuses sous notre serviette-cabane de plage / « maman, y’a un énnnoormee problème, il reste deux glaces et on part demain » / lire tard / ces vacances que j’ai tellement aimées / mes hommes que j’aime tellement ❤ / retour et rangement / mes listes de choses à faire qui s’allongent / 30 mois / ton sac renard /  voir mon grand-père, me sentir impuissante, faire ce qui m’est possible / pique-nique forestier avec tonton et tata / presque 8km à pied / mes deux amours au chantier de construction / redécouvrir la Cité des Sciences / prévoir une semaineDSC05800 culturelle / journée active : vélo dans les bois, croiser des écureuils, jouer à cache-cache / en immersion avec Klimt, magnifique / les écouter s’extasier / celui qui avait des bobos aux genoux / dernière sieste avec couche / celui qui dessinait ses vacances / « moi aussi je veu un t[r]avai[l] comme Isa » ❤ /  prendre le temps de jouer aux jeux de société / il met la tête sous l’eau (dans la baignoire) 😉 / mon désespoir face à un sujet / me remettre (doucement) dans mes préparations de collège / un très joli samedi au jardin d’acclimatation / agréable surprise / notre petite soirée Faritas / petit passage en librairie pour la rentrée littéraire / le jardin de Mamie et Papé / avoir beaucoup lu et travaillé cet été / la rentrée littéraire qui m’attire, savoir qu’il faut que je me programme un tour en librairie / trouver La robe de  cette rentrée / footing en forêt pour décompresser / cet emploi du temps qui m’achève et m’écœure / mes collègues et leur soutien / triste pré-rentrée / 8 mois atroces à envisager / il faudra tout repenser / mon amoureux si adoré qui trouve les bons mots… chocolat, vin et hamburger pour finir ce si bel été

Nina par hasard. Michèle Lesbre

Nina par hasardEncore une relecture… je ne sais pas pourquoi j’ai choisi celui-ci dans ma bibliothèque. Une envie de retrouver cette plume qui m’avait marquée il y a quelques années et que je n’ai presque plus relu depuis. Michèle Lesbre, pour moi, c’est d’abord une écriture toute en retenue et en souplesse. Rien ne vient heurter les phrases ou l’intrigue. Il y a une forme de sérénité et de poésie dans sa plume mais aussi une mélancolie, on perçoit de la tristesse et entre les lignes on perçoit quelques drames.

Nina est apprentie coiffeuse à Roubaix. Pour l’anniversaire de sa mère, elle a décidé de trouver Le cadeau. Cette recherche est l’occasion de penser à sa mère, ouvrière dans une usine de textile. Nina repense aussi aux collègues de sa mère, à l’usine et ses conditions de travail, aux luttes pour la survie (le côté social du roman)… et puis elle repense à son père, aux amants de sa mère, aux dimanches dansants. Nina vit en vase clos avec sa mère, une relation à deux interrompue de temps à autre par un amant. Nina aimerait exister davantage, mais que faire pour exister davantage aux yeux  de sa mère? C’est pour cela qu’elle profite de ce premier jour de congé pour trouver LE cadeau qui les réunira le temps d’un week-end. Le week-end à la mer est alors une possibilité d’évasion, d’ailleurs mais il faudra faire avec les aléas de la vie : la blessure de Louise à l’usine, le patron Delplat et sa coupe traditionnelle du vendredi…

« Dans une pièce de Tchekhov, il y a une fille prénommée Nina. Elle rêve d’être comédienne, mais surtout elle rêve d’autre chose, d’un ailleurs, de ce qui pourrait donner du sens à sa vie. Un personnage vraiment magnifique. […]

Le lendemain matin, alors que ma mère et moi tentions, chacune assise à un bout de la table, de nous réveiller, j’ai eu envie de savoir pourquoi ils m’avaient donné ce prénom, mon père et elle. Connaissait-elle cette pièce de théâtre ? Je ne le pensais pas.

– Au fait, pourquoi m’avoir appelée Nina ? ai-je demandé.

– […] Ecoute ma chérie, je n’en sais rien du tout, c’est arrivé comme ça, par hasard. Il ne te plaît pas ce prénom ? (p.81)

Après cette relecture, j’ai envie de poursuivre avec La Petite trotteuse et Un lac immense et blanc qui sont sur mes étagères et que j’avais lu dans la foulée, et puis il me faudrait découvrir Le Canapé rouge… bref j’ai encore de jolis instants de lecture qui m’attendent, reste à trouver le temps !

Nina par hasard. Michèle Lesbre. Editions Sabine Weispeser (au passage, j’adore cette édition, les pages sont d’un blanc lumineux, c’est épuré, la forme carrée est parfaite ! C’est toujours un délice de lire dans cette édition.)